TOUTES LES ACTUALITÉS

Cérémonie Différent&compétent 2020

30/01/2021

La remise des attestations Différent & Compétent a eu lieu à l’Esat, le 18 décembre, en petit comité. Une cérémonie qui marque, en dépit du contexte sanitaire, une reconnaissance symbolique importante pour les travailleurs et les moniteurs.

 

Le 18 décembre, quatre travailleurs se sont vus remettre leur attestation Différent & Compétent, au terme d’un parcours de Reconnaissance des Acquis de l’Expérience (RAE). Rappelons que ce parcours se déroule  en plusieurs  étapes, de la signature d’une lettre d’engagement du candidat avec un moniteur d’atelier et le directeur de l’établissement, jusqu’à la soutenance d’un dossier, devant un jury  - ou plutôt un entretien de valorisation, au cours  duquel les compétences sont validées.

Cyril Cheron et David Pignot, pour le référentiel menuisier fabricant.

Patrick Bergeault et Serge Narbonne, pour le référentiel jardinier paysagistes.

Ils étaient accompagnés respectivement par Vincent Martin, Accompagnateur RAE, moniteur à l'atelier menuiserie, et Christophe Berneron, pour l'atelier espace vert, tous les deux certifiés aussi lors de cet événement, récompensant le travail d'accompagnement accompli.

 

Une cérémonie officielle et solennelle

Cette année, la traditionnelle cérémonie régionale n’a pu se tenir mais  Richard Guerin,directeur de l’Esat et Guillaume Entraigues, chargé de formation et porteur du dispositif, ont souhaité solenniser le moment. Ils ont  convié à la remise des attestations et certifications, Nicolas Le Guennic, coordinateur de l'Areco (collectif du réseau Différent& Compétent en région Centre Val de Loire) . Matthieu Laîné, Directeur Général par intérim de la Fondation est venu spécialement pour participer à cet évènement.

L’Esat de Chinon a été après celui de Noyon le premier établissement de la Fondation a intégrer Différent & Compétent : « Nous continuons à déployer le dispositif, au rythme des travailleurs, explique Guillaume Entraigues. Dans les ateliers, le bouche à oreille fonctionne bien : motivés par le parcours suivi par un collègue, d’autres travailleurs le suivent. Cela redynamise leur projet professionnel et personnel, leur volonté de progresser et même l’envie de transmettre aux plus jeunes leurs savoir-faire. » Pour la session 2021, les moniteurs de Chinon ont décidé de mélanger les équipes : un moniteur en menuiserie, par exemple, accompagnera le travailleur mais un autre moniteur d’un atelier différent l’aidera à concevoir son « livret de preuves »,qui sera  présenté au jury. Ceci afin de poser un regard extérieur sur le travail du candidat, de l’amener à formaliser et expliquer les différentes tâches et ainsi de mieux le préparer à l’oral. 

 

Fin 2019, 5 IMPro (Vayres-sur-Essonne, La Sapinière, le Centre Augustin Grosselin, Châteaudun, Bry-sur-Marne) et 3 Esat (Bry/Marne, Paris, Magnanville) ont rejoint Différent et Compétent, un dispositif expérimenté et éprouvé depuis plusieurs années par les Esat de Noyon (2011), de Chinon (2016) et de Montesson (2018).




Tout en couleurs

07/12/2020

Les travailleurs de l’Esat de Chinon accomplissent d’importants travaux de peinture sur le chantier du Centre d’Habitat de Beaumont-en-Véron. Un chantier qu’ils ont remporté grâce à leur savoir-faire.

Luc Ferrand est peintre à l’Esat de Chinon depuis 20 ans. Amoureux de son métier, comme il le souligne, il s’investit avec intérêt dans les travaux de restructuration du Centre d’Habitat de Beaumont-en-Véron, dont la partie peinture a débuté voici un mois : « pour l’instant, nous sommes en phase de préparation, je rebouche les plinthes, passe une première couche…C’est un gros chantier intéressant et puis nous oeuvrons directement pour les travailleurs, puisque certains d’entre nous vivront ici ! On verra comment le travail que nous avons fait vieillira avec le temps… »

Coactivité harmonieuse
8 travailleurs, sur les 12 que compte l’atelier peinture de l’Esat de Chinon, sont à pied d’œuvre sur ce très important chantier qu’ils ont remporté auprès de la Fondation, laquelle les a retenus parmi d’autres entreprises de la région : « Nous répondons régulièrement à des appels d’offre, détaille Hugues Lamère, chef d’atelier, et avons déjà travaillé sur des chantiers de cette envergure, voire sur des réhabilitations encore plus complexes avec des supports plus abîmés à restaurer. Dans la mise en concurrence de départ, puis ensuite sur le chantier, nous sommes exigeants sur la qualité de notre travail »

Dominique Amirault, un des 4 moniteurs d’atelier, souligne l’intérêt du programme : « ceux qui vont y vivre s’y projettent et le travail est diversifié ». Il mentionne également l’attention apportée aux travailleurs. Habitués à des réhabilitations de plus petites surfaces (marchés d’entretien de Val Touraine Habitat, par exemple), ceux-ci se sentent parfois un peu perdus : « nous faisons tout pour qu’ils se sentent à l’aise, car le regard des autres – du moins tel qu’ils le ressentent- leur pèse parfois. » ; « pour certains cela les stimule et leur montre qu’ils sont comme les autres, remarque Hugues Lamère. Ils sont contents de discuter avec les autres ouvriers. »

Mise en couleur
Passée la phase un peu ingrate de préparation, l’enjeu –et l’intérêt- reposent sur la mise en couleurs : en cours de chantier, la demande a en effet évolué vers une palette d’une cinquantaine de couleurs aux tons pastels ou plus soutenus avec des pans de murs et des hauteurs de couleurs différentes dans chaque pièce. « Ce travail est inédit pour nous mais nous nous sommes adaptés à la demande de la Fondation, poursuit Hugues Lamère. Peindre en couleur demande une application méticuleuse, un travail de décoration en plusieurs couches car les reflets sont plus visibles à la lumière. »

Ce choix de diversifier les couleurs, avec une dominante pour chaque bâtiment et l’objectif de personnaliser, comme dans une maison, les pièces, a été réfléchi et travaillé par la direction du Centre d’Habitat et une décoratrice qui ont décliné différents thèmes : la Loire et ses paysages, les écrivains, l’ouverture vers la Méditerranée… Avec 7500 m2 de murs et 4000m2 de plafonds, ces travaux de peinture occuperont l’équipe jusqu’à fin mai : « à nous de soutenir et d’entraîner les équipes jusqu’au bout ! conclut Hugues Lamère. L’ampleur du travail peut les effrayer mais nous savons qu’ils seront fiers du travail accompli. »

 

 




Coopération en Chinonais

17/04/2020

« Nous avons créé dans l’établissement une unité pour les plus fragiles, regroupant les retraités, les isolant du reste de l’établissement, pour mieux protéger les personnes plus âgées (soit 6 personnes), avec une équipe éducative dédiée. Nous avons également installé une unité de soin pour accueillir si besoin, des malades », présente Patrick Legeay, directeur du Centre d’Habitat de Beaumont-en-Véron. Pour ce réaménagement d’une partie des locaux de Pontourny où les résidents sont installés le temps des travaux au Vélor, le personnel de l’Esat de Chinon est venu prêter main forte à l’équipe du CH.
S’occuper différemment
« J’ai également proposé que notre équipe vienne au CH pour ouvrir la fenêtre du confinement et le rendre un peu plus léger, complète Richard Guérin, directeur de l’Esat de Chinon. Pour cela, j’ai incité les équipes à donner libre cours à leur créativité ». Chefs d’atelier, moniteurs et éducateurs de l’Esat se joignent donc aux équipe du CH et proposent des activités et animations aux résidents restés à Pontourny et au Vélor le temps de cette quarantaine : balades autour de l’établissement, jardinage, potager et entretien d’espaces verts, construction de tables et de nids à oiseaux, sculpture d’un totem en bois qui témoignera de cette drôle de période… Le tout à un rythme régulier pour rassurer les résidents mais sur un mode plus tranquille que celui du travail à l’Esat pour bien différencier les activités.


Réorganisation du suivi
Pour les travailleurs vivant en appartement et les bénéficiaires du SAVS, les prises en charge à domicile ont également été réorganisées : rendez-vous téléphoniques, suivi de la santé, accompagnements pour les courses, soutien psychologique… « Nous faisons également de l’accueil de jour à domicile, sur le mode de l’école à la maison, complète Patrick Legeay. Les éducateurs font des propositions d’activités aux personnes et aux familles : certaines redécouvrent ainsi leur fils ou leur fille et ses compétences.» Un portage de repas à domicile est en outre organisé, permettant une visite quotidienne à domicile et un repère pour des personnes fragiles, qui en sont soudainement privées. « Nous avons également ouvert un accueil temporaire dans les futurs nouveaux locaux du SAVS pour recevoir les travailleurs qui, seuls à domicile, se trouvent en difficulté, mentionne Richard Guérin. Nous accueillons en après-midi 3 ou 4 personnes, les locaux permettent de cloisonner les espaces et nous utilisons des masques. »




Différents et compétents

26/11/2018

Luc Ferrand et Fabrice Guichard, tous deux travailleurs à l'Esat de Chinon sont fièrement venus recevoir, mercredi 21 novembre, leur attestation "Différents et compétents", sur la scène dressée dans un des grands salons de l'hôtel de ville de Tours. La cérémonie a eu lieu organisée par l'Areco (Association régionale de coopération pour la reconnaissance des compétences des travailleurs handicapés en région Centre) qui porte ce dispositif dans la Région. Elle récompensait 139 lauréats, venus de 47 établissements (Esat et IME), de la région Centre- Val-de-Loire. L’Areco adhère à Différent&compétent réseau, qui regroupe 18 collectifs régionaux s'organisant sur leur territoire.

 

Un parcours en étapes, accompagné

L'obtention des attestations procède d’une démarche volontaire des personnes accueillies en Esat. Ce souhait exprimé enclenche un parcours en étapes : la première est la signature d’une lettre d’engagement du candidat avec un moniteur d’atelier l’accompagnant et son directeur. C'est Laura Auffrais, monitrice d'atelier, elle-même peintre en bâtiment, qui a accompagné Luc et Fabrice : "nous avons travaillé à identifier leurs compétences à partir de référentiels métier de droit commun (soit de l’Education nationale, soit du ministère de l'Agriculture). Ensemble, nous listons ce que la personne sait faire dans l’ensemble du référentiel, puis le travailleur choisit une activité ( ou un poste de travail, ou une responsabilité confiée), réalise un dossier documenté sur cette tâche et la présente devant un jury."

Une trentaine d'heures (par candidat), ont ainsi été consacrées au montage du dossier. Le passage devant le jury a eu lieu en novembre 2017. Il peut consister en un entretien informel avec les membres du jury ou à une mise en situation de travail (les membres se déplacent alors sur le lieu de travail), lors duquel le jury valide les compétences pointées dans le référentiel. Laura Auffrais a elle-même obtenu une certification "Accompagnatrice de parcours Reconnaissance Accompagnement Educatif", récompensant le travail d'accompagnement accompli.

La cérémonie solennelle a duré tout l'après-midi au cours duquel 6 groupes de travailleurs ont été récompensés : agent de conduite de système industriels, agent d'entreposage et de messagerie, agent polyvalent de restauration, agent d'entretien des articles textiles, menuisier fabricant, peintre en bâtiment, ouvrier livreur, agent d'accueil, ouvrier en travaux paysagers, ouvrier en production horticoles, agent de propreté et d'hygiène. Un coctail organisé par trois Esat a clôturé la journée...animée en partie par le directeur de l'Esat de Chinon, Richard Guérin. 

 « L’enjeu de ce dispositif, souligne Nicolas Leguennic, coordinateur régional, salarié de l’Areco, est de reconnaître les personnes, souvent stigmatisées, souvent mises de côté, dans ce qu’elles réussissent et dans leurs savoirs. Ce regard porté sur la personne change tout : on l'envisage dans ce qu’elle pourrait continuer à faire. On peut ainsi définir avec elle des axes d’apprentissage. »